Historique

Les présidentes et présidents du JBM depuis 1898

2016-17 Extra Junior Laguerre
2015-16 Caroline Larouche
2014-15 Paul-Matthieu Grondin
2013-14 Andréanne Malacket
2012-13 Marie Cousineau
2011-12 Frédérick Carle
2010-11 Joséane Chrétien
2009-10 Antoine Aylwin
2008-09 Philippe-André Tessier
2007-08 Mathieu Piché-Messier
2006-07 Nicolette Kost De Sèvres
2005-06 Pascale Pageau
2004-05 Vincent Thibeault
2003-04 Magali Fournier
2002-03 Caroline Champagne
2001-02 Caroline Ferland
2000-01 Chantal Chatelain
1999-00 Philippe J. Laurin
1998-99 Ariane Charbonneau
1997-98 Nicolas Plourde
1996-97 Stéphane Lemay
1995-96 Yves St-Arnaud
1994-95 Claude Marseille
1993-94 François D. Ramsay
1992-93 Bernard Boucher
1991-92 Bernard Amyot
1990-91 David Collier
1989-90 Jean St-Onge
1988-89 Stéphane Rivard
1987-88 Isabelle Parizeau
1986-87 Virgile Buffoni
1985-86 Bernard Montigny
1984-85 Monica Maynard
1983-84 Simon V. Potter
1982-83 Harold M. White
1981-82 Bernard Corbeil
1980-81 François Rolland
1979-80 Michel LaRoche
1978-79 Pierre Poirier
1977-78 Paul Leblanc

1976-77 Marc Rochefort
1975-76 Pierre Jasmin
1974-75 André Laurin
1973-74 Pierre Fournier
1972-73 James O’Reilly
1971-72 Ronald Montcalm
1970-71 Jean Bazin
1969-70 David Angus
1968-69 Claude Fontaine
1968-69 Jacques Sylvestre décédé en poste le 21 juin 1968
1967-68 Jacques Brien
1966-67 Derek Hanson
1965-66 L. Yves Fortier
1964-65 Jules O. Duchesneau
1963-64 Melvin L. Rothman
1962-63 Claire Barrette
1961-62 Claude Joncas
1960-61 John N. Turner
1959-60 Charles D. Gonthier
1958-59 Philippe Casgrain
1957-58 Charles A. Phelan
1956-57 Jérôme Choquette
1955-56 Emile Colas
1954-55 J.H. Porteous
1953-54 Anthime Bergeron
1952-53 Jacques Leduc
1951-52 Alan B. Gold
1950-51 Jean-Paul Cardinal
1949-50 Gabriel Marchand
1948-49 John A. Nolan
1947-48 Marc-André Blain
1946-47 François Auclair
1945-46 J. Brendan O’Connor
1944-45 Marcel Pinard
1943-44 Marcel Lafontaine
1942-43 Luke McDougall
1941-42 Roland Filion
1940-41 I.-J. Deslauriers

1939-40 T.P. Howard
1938-39 John Bumbray
1937-38 Gaston Archambault
1936-37 Gérald Almond
1935-36 Paul-E. Lafontaine
1934-35 F.R. Hannen
1933-34 Gérard Lemire
1932-33 Hugh O’Donnell
1931-32 Philippe Lamarre
1930-31 Erskine Buchanan
1929-30 Rodolphe Bernard
1928-29 John D. Kearney
1927-28 Edouard Tellier
1926-27 W.C. Nicholson
1925-26 Pierre-A. Badeaux
1924-25 Ralph E. Allan
1923-24 Ernest Bertrand
1922-23 W.B. Scott
1921-22 Auguste Angers
1920-21 H.R. Mulvena
1919-20 Amédée Monet
1918-19 G.G. Hyde
1917-18 T. Emilien Gadbois
1916-17 J.T. Hackett
1915-16 R. Genest
1914-15 E.L. Mc Dougall
1913-14 L.A. David
1912-13 M.A. Phelan
1911-12 Arthur Vallée
1910-11 Arnold Wainwright
1909-10 Léon Garneau
1907-09 Henry J. Elliott
1907-08 Edmond Brossard
1906-07 F.J. Laverty
1905-06 Casimir Dessaulles
1904-05 Edouard F. Surveyer
1903-04 A. Rives Hall
1902-03 Louis J. Loranger
1900-02 P.C. Ryan
1898-00 Pierre Beullac

Beulac-3

Le soir du 4 novembre 1898, 18 jeunes avocats se réunissent dans un local prêté par la direction de l’Université Laval – campus de Montréal, aujourd’hui l’Université de Montréal, afin de fonder une nouvelle association : l’Association du Jeune Barreau de Montréal. Inspirés par les Jeunes Barreaux de Belgique et de France, leur objectif est d’introduire un esprit de jeunesse à une organisation déjà quinquagénaire, le Barreau de Montréal. L’AJBM devint ainsi la première association de jeunes avocats en Amérique du Nord.

Ces jeunes avocats entreprenants se nommaient: Pierre Beullac, Edouard Fabre-Surveyer, Percy C. Ryan, Louis J. Loranger, Paul St-Germain, N.K. Laflamme, Casimir Dessaules, Frank J. Laverty, Alphonse Décary, William E. Mount, Alfred Mackay, Robert Taschereau, E.A. Primeau, Alex R. Hall, L.J.S Morin, L.A. Rivet, J.O. Fournier et Victor E. Mitchell

Constitution de 1898

Les objectifs sont :

  • De resserrer les liens de confraternité qui unissent les jeunes avocats de Montréal;
  • De leur faciliter les moyens de s’instruire de sujets qui intéressent leur profession;
  • De défendre les intérêts du Barreau et plus spécialement ceux du Jeune Barreau;
  • D’établir et de maintenir des relations confraternelles avec les associations semblables du dehors.

Pour être admis membre actif, il faut :

  • En faire la demande par écrit au secrétaire de l’Association;
  • Être recommandé par un vote des deux tiers des membres du Conseil;
  • La ratification de cette recommandation par un vote semblable (au scrutin secret ) de l’Association, à l’assemblée régulière qui suivra l’annonce de la recommandation du Conseil.

Toute discussion politique ou religieuse est absolument interdite aux assemblées ou réunions de l’Association.

 

Énumérer tout ce que Me Fournier a réalisé durant sa présidence est impossible. Le Jeune Barreau de Montréal (JBM) se souviendra toujours de lui comme un homme qui n’avait pas peur de la controverse et qui était tourné vers l’avenir.

 

Informations obtenues à l’aide d’un questionnaire ayant été proposé aux anciens présidents du JBM:

En 1973, il n’y eu pas d’élections à l’Association du Jeune Barreau de Montréal (aujourd’hui Jeune Barreau de Montréal), le nombre de candidats étant égale au nombre de postes disponibles. Me Pierre Fournier devint ainsi le 75e président de l’AJBM.

Date d’admission au Barreau du Québec : 1968

Principal champ de pratique : Litige civil et commercial

Motivations à l’origine de son implication au sein de l’AJBM :

  • Sens de la confrérie;
  • Sujet chaud de l’époque : l’aide juridique qui allait remplacer l’assistance juridique.

Fonctions occupées au sein de l’AJBM :

  • Président 1972-1973
  • Vice-président 1971-1972
  • Secrétaire 1970-1971
  • Administrateur 1969-1970

Réalisations de l’AJBM durant son mandat :

  • Avant sa présidence : lobbying en faveur de la création de l’aide juridique;
  • Durant sa présidence : Fondation du journal de l’AJBM, le Ouï-dire.

Défi de l’AJBM durant son mandat :

  • Conserver le financement du Barreau de Montréal nonobstant l’article du Ouï-dire sur Me Robert Lemieux.

Apports de l’AJBM pour lui, personnellement/professionnellement :

  • Sens de la confrérie;
  • Sentiment d’avoir aidé à rendre la justice plus accessible;
  • Avoir contribué à tisser les liens entre les jeunes avocats.

Anectode favorite évoquant l’AJBM :

« Alors que ces pauvres vaches, de leurs yeux langoureux, ne demandent pas mieux que de le donner, leur lait! » – Député créditiste s’enflammant contre la gestion de l’offre du lait lors d’un congrès. C’était l’époque où les jeunes avocats ne craignaient pas de manifester ouvertement leur désaccord avec certains conférenciers en leur lançant des morceaux de pain et en les huant copieusement. Certains, comme un chanteur populaire dont le nom m’échappe, ont même quitté la scène avant la fin de leur spectacle. Un autre, alors directeur-général du Barreau de Montréal, a conservé son auditoire en racontant histoire grivoise par-dessus histoire cochonne pendant toute son allocution du midi (lors de mon congrès) alors que les anciens présidents quittaient les uns après les autres en signe de désapprobation.  Le « politically correct » ne nous avait pas encore infectés!

Principal changement entre l’AJBM actuelle versus celle de son mandat :

L’adhésion universelle, obtenue grâce à une décision du Barreau de Montréal, lors de l’assemblée générale qui terminait mon mandat de bâtonnier.

 

Dans l’extrait ci-dessous, Me Pierre A. Fournier nous démontre à quel point il était avant-gardiste et aimait remettre les choses en perspective afin de créer de nouvelles avenues pour l’avenir. Il s’était prononcé ainsi dans le cadre des festivités entourant les 100 ans du JBM alors qu’il était parrain de cet anniversaire et bâtonnier de Montréal.

Extrait du Jounal du Barreau, Volume 29 – numéro 16 – 1er octobre 1997 :

Ce dernier, qui a dit porter trois chapeaux pour l’occasion (ancien président du Jeune Barreau, parrain de ce centenaire et bâtonnier de Montréal), a souligné la vitalité, le sens des responsabilités et l’imagination de l’AJBM. À titre de parrain, il s’estime heureux d’être associé de près à cet événement, considérant que peu d’associations survivent près d’un siècle. Enfilant le chapeau de bâtonnier, il a souligné la nécessité d’avoir un «Barreau fort» pour garantir les libertés fondamentales des concitoyens. «Aucun avocat, si habile soit-il, ne saurait faire seul ce travail.»

Le bâtonnier a par la suite encouragé l’AJBM à continuer à dénoncer les injustices, notamment quant on demande aux jeunes avocats de travailler sans répit, faisant en sorte qu’ils ne puissent jouer le rôle qu’ils devraient jouer auprès de leur famille.

De la même façon, il estime inéquitable de demander aux jeunes avocates de choisir entre le rôle de mère et celui de jeune avocate. L’AJBM doit continuer, dit-il, à sensibiliser les membres plus âgés du Barreau et de la Magistrature, «ceux-là mêmes qui contrôlent la vie des plus jeunes.»

Suivez-nous