ExtraJudiciaire

L’ExtraJudiciaire est désormais en format numérique! Pour le consulter, rendez vous sur le KIOSQUE.

L’ExtraJudiciaire, publié six fois par année, est le principal outil de communication du JBM. Il est tiré à près de 5000 exemplaires et expédié à nos membres, aux membres de la magistrature, à nos anciens présidents ainsi qu’à certains acteurs du milieu juridique.

N’hésitez pas à communiquer avec l’équipe de rédaction à l’adresse suivante : [email protected]

Nouveauté – Articles ponctuels durant la période de la COVID-19

L’équipe de l’ExtraJudiciaire vous propose des articles ponctuels en lien avec la situation de la COVID-19. En cette période particulière qui nous touche toutes et tous, les journalistes vous offrent quelques lignes sur des réalités bien présentes et actuelles. Le premier article est maintenant disponible ici-bas, bonne lecture!

Que dire, ou plutôt quels mots choisir, pour apaiser les maux causés par les incertitudes qui nous entourent? Si parfois, un « ça va bien aller! » lancé candidement suffit à nous apaiser, d’autres fois, celui-ci est insuffisant pour calmer l’anxiété qui peut nous habiter. Comment poser de nouveaux repères? Comment retrouver un semblant de quiétude quand plus rien ne se ressemble? Pour certains, c’est un emploi perdu… momentanément. Pour d’autres, c’est un nouveau rythme de vie, plus lent, plus casanier. Mais pour tous, il s’agit d’une période où nous sommes forcés de réapprivoiser notre espace de vie, entre les quatre murs de nos « chez-nous » respectifs. Et si ce ralentissement forcé n’était pas une mauvaise chose?

 

En décembre 2018, j’écrivais un article sur le Hygge, ce mode de vie danois sur lequel beaucoup d’encre a coulé au cours des dernières années. Les fondements de celui-ci résident, d’une part, dans le confort d’un chez-soi chaleureux, accueillant, lumineux et épuré de nos accumulations matérielles, mais également dans le bonheur du temps passé avec ses proches à faire des activités simples et réconfortantes à la maison. Bref, beaucoup de confort, de lenteur et de simplicité se retrouvent derrière ce mode de vie.

 

Tout comme le suggère également le mouvement Slow, sur lequel je terminais un article portant sur l’importance de, parfois, ralentir pour vivre plus pleinement le moment présent et prendre le temps de redéfinir nos priorités. Deux modes de vie qui font l’éloge de la lenteur, du bonheur plus simple et qui évacuent toute notion de surconsommation. Étrangement, avec le confinement qui nous est tous imposé, nous nous retrouvons à apprivoiser en quelque sorte ces modes de vie!

 

Fini les immanquables 5 à tard avec les collègues. Fini les sorties au dernier resto ouvert sur l’île avec les amis ou le combo ciné-resto avec l’amoureux. Plus de semaine interminable où chaque soir, une nouvelle activité nous attend. À quoi bon même se faire livrer les dernières tendances de la mode, alors qu’on peut travailler dans le confort de son coton ouaté préféré à la maison! Bref, tous des changements obligés qui nous amènent vers la voie de la lenteur. Pour ma part, ce ralentissement forcé m’a donné une occasion de désencombrer et de réorganiser mon espace de vie, pour me créer un petit havre de paix où vivre plus doucement le confinement.

 

Bien loin de moi l’idée de dire qu’il suffit d’un espace de vie apaisant et douillet pour garder le moral et rester dans un état d’esprit positif quand tout bascule autour de nous. S’il s’agit d’un élément qui adoucit la vie en confinement, il ne s’agit certainement pas de l’élément essentiel. L’entretien de notre bonne santé mentale constitue l’essence même de notre force intérieure. C’est cette force intérieure qui nous permet de nous forger une sorte de carapace, de « happy place » intérieur. Cet endroit en nous-mêmes, où nous pouvons nous réfugier en attendant que des jours meilleurs reviennent. Cette aptitude à se bâtir un refuge intérieur qui, au fil du temps, se constituera de souvenirs heureux et de mantras apaisants est sans doute la meilleure alliée dans les périodes plus difficiles que nous traverserons tous dans nos vies. Elle nous permet de nous ressourcer et de nous rappeler que de meilleurs jours reviendront. Et elle nous permet certainement de voir se définir au loin un arc-en-ciel.

Auteure : Éloïse Côté

 

Désabonnement (version papier)

Si vous ne désirez plus recevoir l’ExtraJudiciaire en version papier, veuillez nous en informer par courriel à l’adresse suivante : [email protected].

Suivez-nous