Une coalition représentant plus de 10 000 avocats appelle le gouvernement du Québec à réformer d’urgence le système d’aide juridique

18 février 2020

Une coalition représentant plus de 10 000 avocates et avocats à travers le Québec, œuvrant dans tous les secteurs du droit, interpelle le gouvernement du Québec à réformer d’urgence le système québécois de l’aide juridique. Soutenue par les porte-paroles de tous les partis d’opposition, la coalition invite le gouvernement du Québec à reprendre le dialogue avec le Barreau du Québec afin d’accélérer ce travail de réforme.

Pour le moment, les discussions sont au point mort depuis le refus, par le Barreau du Québec, de l’offre finale du gouvernement présentée en juillet 2019. La coalition représentant les avocats explique qu’il ne s’agit pas d’une question tarifaire, mais bien de la nécessité de revoir de fond en comble le fonctionnement du système.

Afin d’appuyer leurs revendications, les représentants de la coalition se sont donné rendez-vous à l’Assemblée nationale pour remettre en mains propres une lettre destinée à la ministre de la Justice, dans laquelle ils rappellent que ce sont les personnes les plus vulnérables de notre société qui souffrent de cette iniquité, créant ainsi une justice à deux vitesses.

 

Citations

Me Lida Nouraie, présidente de l’Association des avocats de la défense de Montréal

« Il y a urgence en la demeure. Le gouvernement québécois doit s’inspirer des programmes mis en place dans d’autres provinces et entreprendre une sérieuse et rigoureuse modernisation du système d’aide juridique en révisant le système de tarification et en y incorporant le temps de préparation. »

 

Me Mylène Lemieux, vice-présidente du Jeune Barreau de Montréal

« Les associations qui forment cette coalition avons jugé l’offre du gouvernement insuffisante et incohérente avec une volonté réelle de réforme de l’aide juridique. Il est essentiel que le gouvernement intervienne pour maintenir l’intérêt des avocats qui acceptent des mandats d’aide juridique afin d’assurer la pérennité de ce régime. »

 

Marc Tanguay, leader parlementaire de l’opposition officielle et porte-parole libéral en matière de justice

« Tout le monde reconnait le rattrapage qui doit être fait sur les tarifs. En campagne électorale, le leader parlementaire du gouvernement, M. Simon Jolin-Barrette, ainsi que la ministre de la Justice, Mme Sonia LeBel, s’étaient engagés à combler ce retard. Ils doivent maintenant respecter leurs promesses. »

 

Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec Solidaire et responsable en matière de justice

« Actuellement, trop peu de gens au Québec ont accès à la justice, et le nombre de personnes forcées de se représenter elles-mêmes, sans avocat, pour des raisons financières augmente sans cesse. La CAQ doit réinvestir dans le système de justice pour augmenter l’accès à une représentation juste et de qualité, comme elle le promettait dans l’opposition. »

 

Véronique Hivon, Porte-parole 3e groupe d’opposition en matière de Justice Parti Québécois

« Alors que le coût des procédures judiciaires force de plus en plus de justiciables québécois à se représenter eux-mêmes devant les tribunaux, un système d’aide juridique adéquat fait partie de la solution pour améliorer l’accès à la justice au plus grand nombre, et ce dans tous les domaines du droit. La ministre de la justice doit être à l’écoute et proposer des solutions pour améliorer cet accès. »

Suivez-nous